Feufochmar
2021-12-12

Atelier Rorona : the Alchemist of Arland DX


Premier épisode de l'arc Arland de la série Atelier, le jeu raconte l'histoire de Rorolina Frixell, surnommée Rorona, dans sa quête pour sauver son atelier d'une fermeture administrative. En effet, le roi d'Arland a ordonné une mise à l'épreuve de l'atelier alors dirigé par son maître Astrid Zexis, en exécutant douze requêtes étalées sur trois ans. Dans le cas où l'atelier échouerait à réaliser une des requêtes, il devrait alors fermer. Astrid, génie en alchimie mais qui n'a aucune envie de soutenir Arland, profite de la situation pour transmettre à son élève la responsabilité de l'atelier.

Le jeu est sorti à l'origine en 2009 sur PS3. La version Switch se base sur un remake sorti en 2013 sur PS3 et Vita. Ce remake change des choses côté gameplay, en se basant notamment sur les améliorations d'Atelier Meruru.

Le jeu est à temps limité, l'histoire principale dure (au plus) exactement trois ans, et est suivit d'un épisode post-game lié à Atelier Meruru qui dure (au plus) exactement une année. L'année est découpée en 12 mois de 30 jours. Dans le jeu, le temps est décompté en jours, et un certain nombre d'actions provoquent une avancée dans le temps d'une à plusieurs journées, comme les synthèses, le déplacement vers une zone d'exploration, ou les changements de zone lors des explorations. En revanche, les combats, collectes, ou déplacements en ville ne font pas avancer l'horloge (contrairement aux jeux plus récents). Cette gestion du temps rend très difficile voire impossible de faire toutes les sous-quêtes disponibles dans le temps imparti.

Au niveau de l'histoire, il faut donc remplir douze objectifs principaux, chacun ayant une échance de trois mois. Cet objectif peut souvent être rempli assez rapidement, ce qui laisse le reste du temps aux objectifs secondaires et aux requêtes. Les objectifs secondaires sont des quêtes optionnelles qui accompagnent l'objectif principal et changent en même temps que ce dernier. Remplir les objectifs secondaires permet de gagner des bonus assez intéressants (argent, augmentation de statistique, objets, etc.) en replissant une grille de bingo de 9×9. Réaliser l'objectif principal, ainsi que les trois-quarts des objectifs secondaires permet de remplir la grille complètement. Les requêtes quant à elles sont indépendantes et ont leur propre durée et objectifs, et permettent de gagner de l'argent, ainsi que des bons qui peuvent être échangés contre des objets. Ce système de requête est similaire aux autres jeux de la série. Les prix qui peuvent être échangés contre les bons ne sont malheuresement intéressant que jusqu'au milieu du jeu, ce qui fait que l'on finit par cumuler ces bons sans vraiment pouvoir les utiliser, ce qui est un peu dommage.

Au niveau de l'exploration, chaque zone est découpée en différents secteurs, la plupart relativement petits et ne contenant que quelques points de récolte et quelques ennemis. Les points de récolte et ennemis ne réapparaissent que si l'on quitte et revient dans le secteur. Quitter un secteur déclanche aussi le passage du temps, dont la durée dépend du secteur exploré. Contrairement aux épisodes plus récents, les outils et objets de combat ne sont pas séparés des objets récoltés dans le panier, ce qui laisse moins de place pour ces derniers.

Pour les combats, deux personnages peuvent accompagner Rorona, et il faut les rémunérer à chaque fois que l'on quitte la ville. Les combats sont au tour à tour, et chaque action remplit une jauge permettant de déclancher des combos si Rorona utilise un objet ou une attaque spéciale. Je trouve que les attaques spéciales des compagnons ont tendance à coûter assez cher en mana, ce qui fait que je les ai assez peu utilisés car le mana n'est récupéré qu'en ville ou en utilisant des objets. J'ai surtout utilisé des attaques normales lors des combats.

Pour les synthèses, contrairement aux jeux plus récents, chaque synthèse nécessite du mana, et tenter une synthèse alors que l'on est à court de mana augmente les chances de la rater. Les chances de réussite d'une synthèse sont aussi liés au niveau d'alchimie de Rorona, et les synthèses d'un objet de niveau plus élevé que celui de Rorona peuvent échouer. Les traits peuvent être transférés d'un objet à un autre, et il est possible d'en transférer jusqu'à cinq, là où les jeux récents sont limités à trois traits par objet. Chaque trait a un coût de transfert. Le coût total que l'on peut utiliser pour transférer les traits dépend des objets utilisés lors de la synthèse. Il est aussi possible de débloquer des effets, par contre, contrairement aux jeux récents qui explicitent quels objets sont préférables via un système de couleurs représantant un alignement élémentaire, ici c'est présenté sous la forme d'une simple jauge qui varie avec les types d'objets et leur qualité. Enfin, il est possible de faire des synthèses multiples, permettant d'avoir les mêmes propriétés sur les objets créés (ce qui a des avantages et des inconvénients) mais aussi de gagner du temps (la durée d'une synthèse d'un objet se compte en dixième de jour, mais chaque synthèse est arrondie au nombre de jour supérieur de la durée totale).

Pour les objets, contrairement aux jeux récents, certains objets ont une qualité qui varie au court du temps lorsqu'ils sont placés dans le panier. Certains se dégradent (par exemple, la nourriture) alors que d'autres s'améliorent (certaines potions par exemple). Cela fait que j'ai eu tendance à éviter de synthétiser et d'utiliser des objets consommables qui se dégradent.

Le déblocage des recettes ne semble se faire que d'une seule façon (sauf peut-être pour les tartes) en lisant des livres de recette, qui sont obtenus de diverses façons. Il manque un aspect d'invention de recette qui est mieux rendu dans les jeux récents. Rorona ne semble pas être très proactive dans ce domaine (mais le jeu ne s'y prête pas non plus en raison des échéances courtes).

Si j'ai trouvé l'univers et l'atmosphère assez plaisants, je n'ai pas aimé les échéances qui rythment l'histoire, celles-ci étant trop contraignantes pour apprécier le jeu ou en explorer la profondeur. J'ai trouvé au final le jeu un peu trop court, chaque chapitre correspondant à un objectif se terminant en à peine deux ou trois heures de jeu.