Feufochmar
2021-12-12

Atelier Meruru : the Apprentice of Arland DX


Troisième jeu de la sous-série Arland, Atelier Meruru raconte l'histoire de Merurulince Rede Arls, surnommée Meruru, dans ses dernières années en tant que princesse du royaume d'Arls. Le royaume d'Arls devant en effet fusionner avec la république d'Arland, Meruru n'a aucune envie d'apprendre à gérer un royaume qu'elle ne dirigera pas. Elle trouve cependant une vocation dans l'alchimie suite à l'arrivée de Totori, invitée à s'installer à Arls afin de participer au développement de la ville avant sa fusion avec Arland. Cependant, le roi est en désaccord avec les projets de sa fille, mais finit par accepter à une condition : que Meruru utilise l'alchimie afin de développer la ville avant sa fusion avec Arland.

Tout comme les deux jeux précédents, le jeu se déroule sur une durée limitée, ici de cinq ans, et il y a des échéances à remplir. Il y a trois échéances à réussir en terme de développement urbain sur les trois premières années, au il faut mener Arls, royaume de 1000 habitants, à 30000 habitants. Le nombre d'habitant dépend de plusieurs facteurs. La popularité de Meruru, qui s'entretient en remplissant des requêtes, permet d'avoir une progression constante du nombre d'habitant. Des objectifs de développement à remplir permettent d'obtenir divers bonus ou une progression ponctuelle plus importante du nombre d'habitants. Ils permettent aussi d'obtenir des points de développements qui servent à construire des bâtiments qui opportent aussi des bonus et des progressions ponctuelles du nombre d'habitant. Enfin, accumuler les points de développement fait aussi grimper le rang du royaume, dont les effets peuvent aussi être une augmentation du nombre d'habitants.

Par rapport au jeu précédent, il y a peu de changement sur les explorations et les combats. Le principal changement concerne les outils d'exploration, qui sont désormais des objets d'équipement, et donc n'occupent pas de place dans le panier. Les points d'endurances sont aussi consommés à chaque action lors des combats, en plus d'être consommés lors des déplacements. Les combos se déclenchent uniquement lorsque Meruru utilise un objet d'attaque, et consomment les charges de l'objet à chaque fois que Meruru intervient dans le combo (elle peut intervenir jusqu'à trois fois). Contrairement aux autres jeux, Meruru n'apprend pas de compétences de combats, et donc ne dépense ses points de mana que sur les synthèses.

Cependant, le principal changement par rapport à Atelier Totori concerne les synthèses, avec une interface plus facile à appréhender, en introduisant des raccourcis pour accéder aux descriptions des traits et effets. Les traits peuvent se combiner pour créer de nouveaux traits (qui coutent plus cher à transférer par contre), et les traits néfastes ont été supprimés. Les traits restants étant assez proche de ceux des jeux récents.

Si la limite de temps fait que le jeu est reste court, j'ai préféré Atelier Meruru aux épisodes précédents de la sous-série, en raison de l'histoire et de la mise en valeur de l'accomplissement personnel de Meruru, qui passe d'une princesse adolescente qui se préoccupe peu de sa patrie à une adulte qui n'hésite pas à se battre pour protéger ce qu'elle a construit.